May promet de combattre tous les terrorismes — Royaume-Uni

20 Juin, 2017, 06:30 | Auteur: Timothe Dupuy
  • Un policier dans le nord de Londres le 8 novembre 2014

L'assaillant de 48 ans, a été maîtrisé par des personnes sur place, immobilisé puis arrêté par la police qui a traité l'attaque comme un "acte terroriste", a précisé la ministre de l'Intérieur Amber Rudd. Il a été entre temps conduit à l'hôpital où il doit subir une évaluation psychologique.

De son côté, la Première ministre Theresa May a dit que l'incident survenu près de la mosquée de Finsbury Park était considéré par la police comme une potentielle attaque terroriste.

"Toutes mes penseées vont vers les victimes, leurs proches et les services d'urgence sur place".

Un homme est mort et huit autres personnes ont été blessées quand une camionnette a fauché des piétons dans le nord-est de Londres, a annoncé la police, ce lundi 19 juin 2017.

Un homme est décédé sur le lieu de l'attaque. Plusieurs dizaines de personnes ont été fauchées par le véhicule fou.

Le conseil des musulmans de la Grande-Bretagne qualifie cette attaque comme un acte délibéré d'islamophobie ayant visé des fidèles musulmans alors qu'ils sortaient de la mosquée de Finsbury Park en ce mois de ramadan.

"Je veux tuer tous les musulmans", aurait-il crié selon Khalid Amin, un témoin interrogé par la BBC.

" Un homme a été déclaré mort sur les lieux (de l'incident) ", a précisé la police de Londres dans un communiqué. Un responsable de l'anti-terrorisme a indiqué que toutes les victimes étaient musulmanes. Ce prêcheur d'origine égyptienne a été condamné à la prison à perpétuité en janvier 2015 aux États-Unis pour onze chefs d'inculpation liés à une prise d'otages et pour terrorisme.

Selon les médias britanniques, le véhicule impliqué serait une camionnette qui a quitté la route pour se diriger vers une foule se trouvant à l'extérieur de la mosquée.

L'attaque intervient dans un climat d'extrême fébrilité au Royaume-Uni. La police a momentanément coupé la circulation autour des lieux et dressé un cordon de sécurité.

Le 22 mars, Khalid Masood, Britannique de 52 ans converti à l'islam et connu des services de police, avait fauché des piétons en lançant sa voiture sur le trottoir du pont de Westminster dans le centre de Londres, avant de poignarder à mort un policier devant le Parlement, faisant 5 morts.

" Cette année, il est difficile de ne pas ressentir la très sombre humeur nationale", a-t-elle déclaré en invitant les Britanniques à puiser dans leurs ressources, dans leur histoire, pour répondre à la " succession de terribles tragédies " des derniers mois: trois attentats sanglants et l'incendie d'une tour de logements sociaux à Londres qui a fait 30 morts et au moins 28 disparus présumés morts. La mosquée avait reçu des lettres de menaces après les attentats de novembre 2015 à Paris. Cinq personnes avaient été tuées.

Le 22 mai, un attentat a fait 22 morts, dont des mineurs, à la sortie d'un concert de la chanteuse Ariana Grande à Manchester.

Et dans la nuit du 3 au 4 juin, trois assaillants à bord d'une camionnette avaient foncé sur la foule sur le London Bridge, puis poignardé plusieurs personnes à Borough Market avant d'être abattus par la police.

Recommande: