Parité: le HCE salue la "progression sans précédent" des femmes à l'Assemblée

20 Juin, 2017, 03:57 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Bureau de vote au Rize centre de mémoire culture et échange. Villeurbanne France 18 juin

"Cette évolution sans précédent de la part des femmes élues à l'Assemblée nationale est une avancée remarquable pour un partage effectif des responsabilités entre les femmes et les hommes, preuve que la parité n'est plus une option mais une exigence démocratique", se félicite lundi Le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE), par la voix de sa présidente Danielle Bousquet.

Selon les chiffres 223 femmes ont été élues dans la nouvelle Assemblée nationale, soit 38.65% des 577 sièges de députés.

248 femmes étaient arrivées en tête au premier tour des élections législatives. Par contre, elles ne sont que 23,89 % chez Les Républicains. Parmi eux, un nombre inédit de nouveaux venus, des élus plus jeunes, toujours plus de femmes (mais pas encore la parité) et une proportion élevée de cadres du privé.

Sur les 345 députés candidats à leur réélection, 140 l'ont emporté.

L'Assemblée perd plus de cinq ans de moyenne d'âge en passant de 54 ans en 2012 à 48 ans en 2017. Mais pour la parité, ce n'est pas encore ça, la moitié de la représentation nationale étant à 289. La droite, deuxième force politique, résiste tant bien que mal à cette déferlante: 113 députés Les Républicains et 18 députés UDI siègeront au palais Bourbon. C'est le cas de tous les députés de la France insoumise, de 91% des députés de La République en marche!, de sept des huit députés FN, de 40% des députés Les Républicains et 6% des députés socialistes.

C'était l'une des attentes des électeurs après l'élection d'Emmanuel Macron: donner plus de place à la société civile au sein de l'Assemblée. La part de moins de 30 ans bondit (de 4 à 29 députés), celle des trentenaires/quadragénaires progresse fortement (271 députés contre 197 en 2012) tandis que celle des sexagénaires est presque divisée par deux (87 députés, contre 171 il y a cinq ans). Les trois représentants du Parti radical de gauche de la nouvelle Assemblée sont des femmes " précise Le Monde. "Nous ne sommes plus dans une société d'obéissance (.) Nous sommes dans une société d'adhésion", s'est-il défendu.

Recommande: