Un mort, 10 blessés dans l'incident près d'une mosquée de Londres — GB

20 Juin, 2017, 11:40 | Auteur: Stephane Girardot
  • La police a été appelée juste après 00 H20 après le signalement qu'un véhicule est entré en collision avec des piétons

Selon plusieurs organisations musulmanes, les fidèles de la mosquée ont été visés.

Le Conseil Musulman britannique avait relayé la nouvelle qu'un véhicule avait renversé des fidèles, sans doute sortis dans la rue après les prières qui accompagnent la rupture du jeûne du ramadan. "Il en a traîné quelques-uns sur plusieurs mètres", a raconté Abdiqadir Warra, qui a assisté à l'attaque.

Selon les médias britanniques, le véhicule impliqué serait une camionnette qui a quitté la route pour se diriger vers une foule se trouvant à l'extérieur de la mosquée.

"Je veux tuer tous les musulmans", aurait crié l'auteur des faits selon Khalid Amin, un témoin interrogé par la BBC.

Le conducteur du véhicule a été arrêté par la police.

Selon la police, l'homme est âgé de 48 ans et aurait agi seul. Il a été conduit dans un hôpital pour subir une expertise psychologique.

Un homme est décédé sur le lieu de l'attaque. "C'est le mois sacré du ramadan".

Dimanche soir, une homme a volontairement foncé sur des passants qui se trouvaient devant une mosquée située dans le nord-est de Londres.

Le responsable de l'antiterrorisme Neil Basu a indiqué que "toutes les victimes faisaient partie de la communauté musulmane". "Ils ont un état d'esprit, celui de tuer des gens, c'est aussi simple que ça", a-t-il déclaré à l'AFP.

Dans un communiqué, la police de Londres a précisé que, parmi les blessés, huit personnes avait été transférées dans trois hôpitaux différents, dont deux présentant des blessures sérieuses, et que deux autres avaient été soignées sur place pour des blessures mineures.

Le maire de Londres Sadiq Khan dénonce immédiatement une "attaque terroriste" et la police traite l'attaque comme un "acte terroriste". Aucun autre suspect n'a été identifié ou signalé jusqu'ici.

La mosquée de Finsbury Park était connue, au début des années 2000, pour être un haut lieu des militants islamistes de Londres qui venaient écouter les prêches enflammés d'Abou Hamza.

Du nombre, on retrouve Mohamed Cabar, qui a reçu deux balles dans la jambe droite lors de l'attentat du 29 janvier dernier à la mosquée de Québec.

"Horrible de voir des policiers faire des massages cardiaques à des gens allongés par terre en espérant désespérément les sauver", a écrit sur Twitter Cynthia Vanzella, témoin de la scène.

"Nous avons vu beaucoup de personnes crier et beaucoup de blessés", a déclaré à l'AFP David Robinson, 41 ans, arrivé sur les lieux après l'incident. Il a ajouté que la police devait encore établir si le décès d'un homme sur place était ou non lié à l'événement.

La police a coupé la circulation autour des lieux et dressé un cordon de sécurité. L'enquête a été confiée aux services britanniques du contre-terrorisme. Cinq personnes avaient été tués.

Le 22 mai à Manchester, un attentat-suicide avait fait 22 morts et une centaine de blessés à la sortie d'un concert de la pop-star américaine Ariana Grande.

Agé de 48 ans, le conducteur de la camionnette a été immobilisé par les personnes sur place avant d'être pris en charge par les forces de l'ordre.

Recommande: