Des milliers de personnes demandent "la PMA pour toutes" — Marche des fiertés

26 Juin, 2017, 00:03 | Auteur: Remi Laffitte
  • Archive: manifestation place Taksim à Istanbul

En 2010 toutefois, la ministre de la Famille et de la Femme Aliye Selma Kavaf avait suscité la colère des défenseurs des droits des homosexuels en qualifiant l'homosexualité de "désordre biologique" et "maladie" devant être soignée. Les morts s'y comptent par milliers. Avec le sida, on a pris conscience que quand l'un mourait, l'autre était mis à la porte. "C'est là qu'on a commencé à parler du Pacs", remarque Jean-Luc Romero, qui dans son livre "SurVivant" raconte ses "trente ans" avec le virus.

Le pacte civil de solidarité, union civile accessible aux personnes de même sexe, est voté en 1999. Pour le mariage, il faudra encore attendre jusqu'en 2013 avec la loi Taubira.

La date n'est pas un hasard.

Ce samedi 24 juin 2017 se tient la quarantième Gay pride de Paris.

"Ce qui se joue dans cette manifestation, c'est la question de l'égalité des droits", rendue "visible" par un "collectif", analyse le sociologue Eric Fassin.

"

"Ça fait quarante ans, et ce n'est pas fini!"

". "Avant, il y avait une homophobie d'État", observe Yohann Roszewitch, conseiller de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme, et la haine anti-LGBT. La volonté des organisatrices-eurs est claire: alors que les LGBT-phobies progressent dans le monde, s'instituant en répression d'État comme en Tchétchénie, cette marche est aussi celle des voix qui ont été tues, avec la volonté de donner la parole aux revendications de celles et ceux interdit-e-s d'expression.

Les générations se côtoient: drapées dans des drapeaux arc-en-ciel, Agathe, Marwa et Laura ont 16 ou 17 ans, et se félicitent que " les jeunes assument plus " leur orientation sexuelle.

Ce qui n'empêche une augmentation de 20% des actes homophobes en 2016, selon l'association SOS homophobie. "Notre mouvement doit continuer à se mobiliser". A quelques jours de la publication de l'avis du Comité d'Ethique (CCNE) sur la procréation médicalement assistée, l'Inter-LGBT avait d'ailleurs décidé de lui consacrer son mot d'ordre: "La PMA, sans conditions ni restrictions, c'est maintenant". Actuellement la PMA réservée aux couples hétérosexuels stériles.

Pendant la campagne présidentielle, le candidat centriste Emmanuel Macron s'était dit "favorable" à son ouverture "aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires".

Recommande: