Pékin libère le prix Nobel de la paix Liu Xiaobo

26 Juin, 2017, 23:14 | Auteur: Remi Laffitte
  • Chine: libération du prix Nobel de la paix Liu Xiaobo, atteint d'un cancer

Il n'a aucun projet particulier. "Il reçoit juste un traitement médical en raison de sa maladie", a déclaré son avocat, précisant que le diagnostic était tombé le 23 mai et qu'il avait été libéré quelques jours plus tard.

Emprisonné en Chine et atteint d'un cancer, le prix Nobel de la paix Liu Xiaobo a été libéré ce lundi pour être soigné, a annoncé son avocat. Réjouissant le monde de la dissidence et de la lutte pour les droits de l'homme en Chine, ce prix avait irrité Pékin, qui jugea que le comité Nobel s'était "discrédité " en choisissant un trublion "contre-révolutionnaire", très engagé depuis des années.

Washington et l'Union européenne, à l'instar de nombreux pays occidentaux et à l'unisson d'une vaste mobilisation internationale, avaient multiplié les appels au fil des ans pour presser Pékin de libérer Liu Xiaobo, seul prix Nobel de la paix emprisonné.

En effet, la mort d'un Prix Nobel de la paix dans une prison chinoise serait une tache sur l'image internationale de Xi Jinping, qui devrait arriver à l'apogée de son pouvoir lors du 19 congrès du parti communiste prévu pour l'automne prochain. Alors enseignant à Pékin, Liu Xiaobo avait participé en 1989 au mouvement prodémocratie de la place Tiananmen.

Face au durcissement du régime, il prend part à la grève de la faim sur la célèbre esplanade de Pékin, avant de tenter une médiation pour obtenir une évacuation pacifique à l'approche de l'armée, dans la nuit du 3 au 4 juin. Après la sanglante répression qui s'était ensuivie, il avait passé un an et demi en prison sans jamais avoir été condamné.

L'année suivante, il avait été envoyé dans un camp de rééducation " par le travail ".

Il perd son poste à l'Université normale de Pékin et devient un fondateur du Centre indépendant Pen Chine, un groupement d'écrivains.

A l'occasion du 60e anniversaire de la Déclaration des droits de l'homme, il participe à la rédaction de la "Charte 2008", qui appelle notamment au respect de la liberté d'expression et à l'instauration d'élections pour un "pays libre, démocratique et constitutionnel". - "Pire des tortures" - Les soutiens et amis de Liu Xiaobo exprimaient lundi leurs inquiétudes sur son état de santé tout en réclamant sa mise en liberté "inconditionnelle" et son accès à des traitements médicaux à l'étranger.

"Il faut cesser la pratique consistant à traiter des écrits en crime", insistait le texte.

Brièvement hospitalisée pour des problèmes cardiaques en 2014, elle restait lundi assignée à résidence à son domicile pékinois, où elle est privée de quasiment tout contact avec l'extérieur, selon un chercheur d'Amnesty International. Liu Xia n'a pas pu être jointe lundi par l'AFP. Elle n'a pas d'accès à internet, n'est pas autorisée à recevoir chez elle des visiteurs et ne peut que rarement parler par téléphone à des membres de sa famille.

Recommande: