Sept Marocains parmi les victimes — Incendie de Londres

26 Juin, 2017, 23:31 | Auteur: Remi Laffitte
  • Réactions de Londoniens près de la tour qui a été ravagée par les flammes

Des manifestants en colère après l'incendie de la tour Grenfell à Londres ont envahi vendredi une mairie de quartier, dénonçant la gestion de l'immeuble mais aussi la réaction de Theresa May face à ce drame qui a fait au moins 30 morts. 24 blessés étaient toujours hospitalisés vendredi, dont 12 dans un état grave.

Dans un éditorial cinglant, le quotidien The Guardian comparait ce faux pas à celui de George W. Bush lors de la tempête Katrina.

Selon la BBC, le nombre de personnes disparues pourrait grimper à 70. Et une veillée aux bougies s'est tenue près de la tour calcinée.

"Compte tenu de l'ampleur du drame et du nombre élevé des disparus, l'opération d'identification des victimes s'annonce difficile", a souligné M. Benali Chérif, avant de noter n'avoir "pour le moment aucune confirmation que des Algériens figurent parmi les victimes de ce drame". Il s'agit de Mohammed Alhajali, un réfugié syrien de 23 ans qui vivait au 14e étage et étudiait l'ingénierie civile à la West London University. Les dons de nourriture et de vêtements sont également nombreux. Gavin Barwell, son nouveau directeur de cabinet et ancien ministre du Logement, est accusé par la presse de s'être assis sur un rapport vieux de plusieurs années sur le risque d'incendie dans des immeubles tels que la tour Grenfell.

L'incendie a ravagé dans la nuit de mardi à mercredi un immeuble de logements sociaux de l'ouest de la capitale britannique.

"

"Theresa May, il est temps de partir!"

".

Un autre rassemblement avait lieu dans la soirée au niveau d'Oxford Circus, bloquant la circulation. Près de la tour samedi, des membres de la communauté ont chanté des prières sur l'air d'Amazing Grace, devant des bouquets de fleurs déposés en hommage aux victimes. Les manifestants reprochent aussi aux autorités locales de ne pas avoir entendu leurs cris d'alerte concernant la sécurité du bâtiment de 24 étages, parce qu'ils provenaient d'une population majoritairement modeste.

La première ministre a été abondamment critiquée pour ne pas avoir rendu visite aux victimes plus tôt. Elle a annoncé le déblocage de cinq millions de livres (environ 5,7 millions d'euros) pour les survivants, et promis un relogement pour tous les sinistrés dans les trois semaines.

Recommande: