Entreprises : le nombre de défaillances au plus bas depuis vingt ans

10 Juillet, 2017, 19:43 | Auteur: Stephane Girardot
  • La tendance est à la baisse

De mémoire d'économiste, on n'avait pas vu cela depuis vingt ans.

Avec 12.925 défaillances d'entreprises enregistrées sur un an, au second trimestre 2017, l'étude du cabinet Altares, révèle le 10 juillet 2017, que le nombre de défaillances d'entreprises a href="http://www.batiactu.com/edito/defaillances-entreprises-chutent-fortement-dans-btp-49114.php" target="_blank" *construction.

Thierry Millon à la tête des études d'Altares confie qu'un tel indicateur économique positif n'avait pas été constaté même en remontant jusqu'en 1997, " il n'y a plus eu d'indicateurs aussi importants sur autant de secteurs et sur des tailles d'entreprise aussi variées depuis longtemps, ce phénomène est très rare.

2017 avait débuté par un premier trimestre tombé pour la première fois depuis 2008 sous le seuil des 16 000 défaillances en France.

Ce chiffre global est en lui-même une bonne nouvelle. Quant aux entreprises de moins de trois salariés, "elles sont naturellement les plus nombreuses à déposer le bilan mais elles aussi s'inscrivent, ce deuxième trimestre, sur de bonnes tendances après un premier trimestre stable voire hésitant", indique Altares. Des carnets de commandes mieux remplis, c'est une trésorerie moins élastique, davantage de cash dans les petites entreprises, et donc moins de liquidations judiciaires prononcées par les tribunaux. Pour les PME de 10 à 49 salariés la baisse est de 13% et de 10% pour les TPE de 3 à 10 salariés. Seules les sociétés de plus grande taille, au-delà de 100 salariés, affichent une évolution défavorable (+11%).

Du coup, ces bons chiffres font boule de neige sur l'emploi. En moyenne sur cinq ans, chaque deuxième trimestre menaçait plus de 51.000 emplois du fait des défaillances ouvertes.

Cette spirale positive concerne le secteur de la construction (avec un recul de 17% des défaillances) et le secteur de la restauration qui confirme son redressement (-9%). Même chose pour le commerce de détail (-5%), l'équipement du foyer (-19 %). Sur ces trois derniers mois, 40.500 emplois sont placés en sursis, soit 3,1 emplois par entreprise en moyenne. Enfin, l'industrie manufacturière reste bien orientée (-4 %) ainsi que le transport routier de marchandises (-6 %). Gare notamment aux délais de paiement, qui ont tendance à s'envoler pendant les périodes de congés d'été.

Recommande: