" "Édouard Philippe annonce " un souffle fiscal " pour 2018

12 Juillet, 2017, 09:07 | Auteur: Stephane Girardot
  • ISF, taxe d'habitation...Ce que prépare vraiment Edouard Philippe pour 2018

La pression fiscale sera réduite de près de 0,6 point de PIB, soit un montant proche de 11 milliards. Cette réforme-clé du programme d'Emmanuel Macron en direction des classes moyennes sera engagée à hauteur de 3 milliards de baisses, alors qu'elle doit coûter 8,5 milliards au terme du quinquennat, selon les dernières estimations du ministre des comptes publics Gérald Darmanin.

Mais face à la grogne des milieux économiques, qui craignaient de voir l'effet des baisses d'impôts se diluer en cas d'étalement des réformes dans le temps, Edouard Philippe avait indiqué lundi "étudier les solutions" pour "accélérer" les baisses d'impôts, d'abord annoncées à 7 milliards en 2018.

"C'est un effort considérable", qui représente "plus de la moitié" des baisses d'impôts promises par l'exécutif sur l'ensemble du quinquennat, assure le Premier ministre, disant vouloir "provoquer un effet de souffle fiscal en faveur de l'investissement, de l'emploi et de la croissance".

Cela passera par un effort d'"au moins" 20 milliards d'euros d'économies l'an prochain via une stabilité en volume des dépenses de la sphère publique et en valeur pour ce qui est des seules dépenses de l'Etat, a souligné Edouard Philippe. Dans cette perspective, le Premier ministre Edouard Philippe, qui a accordé une interview exclusive aux Echos ce mercredi 12 juillet, a annoncé des baisses d'impôts massives de l'ordre de onze milliards d'euros dès 2018. "Les seuils et les taux ne seront pas modifiés, et l'abattement de 30% sur la résidence principale sera conservé", a précisé le chef du gouvernement.

La réforme de l'ISF, également promesse de campagne d'Emmanuel Macron visant les ménages les plus riches, sera, elle, totalement réalisée.

Malgré ces différentes mesures, le chef du gouvernement se dit "prudent" sur les prévisions macroéconomiques, indiquant tabler sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1,6% en 2017, puis de 1,7% en 2018 et de 1,8% en 2022.

Malgré l'alerte au déficit lancé par la Cour des comptes pour 2018, le gouvernement choisit de baisser franchement les impôts dès l'année prochaine. Edouard Philippe prévoit que le déficit devrait s'établir à 2,7% du PIB. Le chef du gouvernement a par ailleurs promis un recul de la dette publique de 5 points de PIB d'ici 2022. Il a toutefois dit ne pas être "un fétichiste du chiffre", et indiqué que son "objectif politique" était d'être "en dessous de 3%".

Recommande: