Mode. Olivier Lapidus prend la direction artistique de Lanvin

12 Juillet, 2017, 02:19 | Auteur: Ludovic Moineau

"C'est la plus ancienne maison de couture de France, un nom et une maison incroyables", a déclaré Olivier Lapidus à FashionNetwork.com. A cinquante-neuf ans, il remplace Bouchra Jarrar, partie la semaine dernière de l'historique maison de mode seulement quinze mois après sa prise de fonctions.

Olivier Lapidus est connu pour son approche technologique de la couture, le diplômé de la chambre syndicale de la couture parisienne a inauguré début juillet la première maison de couture digitale.

"C'est un immense honneur de rejoindre la maison Lanvin et je remercie chaleureusement Mme Wang pour la confiance qu'elle m'accorde", a assuré de son côté Olivier Lapidus cité dans le communiqué.

Après des études d'art à Nice puis à Paris à l'Ecole supérieure des arts appliqués Duperré, elle passe dix ans dans la maison de mode et de luxe "Balenciaga " et rejoint en 2008 pour un an et demi l'illustre maison "Christian Lacroix " en tant que directrice du studio couture, avant d'ouvrir sa propre maison de couture à Paris en 2010.

La maison créée en 1889 par Jeanne Lanvin aurait vu ses ventes chuter de 23 % en 2016, à 162 millions d'euros, accusant une perte nette de 18,3 millions, selon des sources citées dans les médias en juin.

"Avec beaucoup d'avance sur son temps, Olivier Lapidus s'est toujours intéressé aux nouvelles technologies".

Le fils du couturier Ted Lapidus reprend la direction artistique de Lanvin. Chaque saison, il présente un défilé sur le format d'un web-film.

Petit-fils d'un tailleur russe émigré, il est le fils de Ted Lapidus qui a marqué les années 1960 et 1970 avec sa mode unisexe et le style safari.

Olivier Lapidus prônait dès les années 1990 un mariage entre haute couture, artisanat et laboratoires de recherche industrielle, concevait robes à panneaux solaires, en fibres de fruits ou en poussière de pierres précieuses. S'il a déposé une série de brevets et fait figure de pionnier dans ce domaine, ses créations n'ont pas toujours été bien reçues à l'époque par la presse. Récemment, il a mis sur pied une maison de "couture digitale".

La maison, qui avait été secouée par des remous internes après le départ en octobre 2015 du créateur israélien Alber Elbaz, qui était en poste depuis 14 ans, fait face à des difficultés financières.

Recommande: