50 faux artistes repérés dans les playlists populaires — Spotify

13 Juillet, 2017, 16:38 | Auteur: Gregory Millet
  • Une liste de 50 faux artistes diffusés par Spotify

Spotify inclut-il des compositeurs fantômes dans ses playlists, dans le but d'obtenir davantage de bénéfices? Ces accusations refont surface depuis début juillet, au point d'avoir amené le service de streaming à réagir.

En août 2016, le site américain spécialisé Music Business Worldwide avait accusé Spotify de diffuser dans ses playlists les plus écoutées, telles que "ambient chill", " peaceful piano " ou encore "music for concentration ", des morceaux commandés à de faux artistes sous pseudonyme qui n'existent que sur Spotify et nulle part ailleurs (pas de compte Twitter ou Facebook, pas de site internet, pas d'existence sur le web).

Difficile de nier l'impact du streaming sur l'industrie musicale tout entière, aussi bien sur la rémunération des artistes que sur les habitudes de consommation des auditeurs, qui se tournent aujourd'hui vers des services comme Apple Music, Spotify ou même YouTube.

L'intégration de faux talents à des playlists qui cumulent des millions d'écoutes est un pari risqué mais financièrement gagnant pour Spotify: non seulement cela lui permet de toucher directement des royalties (puisqu'il détient les droits de ces faux artistes), mais cela diminue mécaniquement le nombre d'écoutes des morceaux réalisés par de vrais talents, et donc le montant des royalties que Spotify verse aux maisons de disque.

Depuis près d'un an, les accusations se font de plus en plus précises contre Spotify. Tirer plus de bénéfices sur ces morceaux. Si ces accusations avaient fait très peu de bruit à l'époque, elles sont aujourd'hui suffisamment reprises pour inciter Spotify a réagir. "C'est catégoriquement faux, arrêtons ça".

Le site dévoile une liste de plus de 50 noms de faux artistes que l'on ne retrouve exclusivement que sur Spotify.

Il poursuit: " Nous ne possédons pas les droits, nous ne sommes pas un label, toute notre musique est détenue par des ayants-droit et nous les payons tous - nous ne nous payons pas nous-mêmes. D'après Music Business Worldwild, ces faux artistes auraient généré 520 millions d'écoutes en quelques mois, ce qui équivaudrait à trois millions de dollars de royalties qui n'iraient pas dans les caisses des artistes et des labels.

Recommande: