L'iceberg géant détaché de l'Antarctique ne menace pas la navigation

13 Juillet, 2017, 06:11 | Auteur: Ludovic Moineau
  • Antarctique: un iceberg de 5800 km2, la taille du canton de Berne, s'est détaché de la banquise

Épais de 350 mètres, l'iceberg, qui sera probablement baptisé " A68 ", n'aura pas d'impact sur le niveau des océans, car il flottait déjà sur l'eau.

"L'iceberg faisait auparavant partie de la barrière de glace dite Larsen C, fissurée depuis au moins 2014". Et privé de cet énorme pan de glace, la barrière de Larsen se retrouve fragilisée. Or, à terme, la fonte de ces milliers de kilomètres cubes de glace pourrait bien entraîner une augmentation du niveau des océans.

Cela a été rapporté par les représentants britanniques de l'université de Swansea, qui a le temps de mener des activités d'observation de son éducation.

En effet, l'un des scientifiques gallois a expliqué que c'est l'un des plus grands icebergs jamais vus.

Une autre chercheure a prévenu qu'il serait prématuré, pour le moment, de conclure que le phénomène a été causé par le réchauffement de la planète. Et ce morceau qui s'est détaché représente plus de 10% de la surface totale du Larsen C. Ce qui est problématique, c'est que personne ne sait vraiment ce qu'il va se passer maintenant.

L'iceberg géant détaché de l'Antarctique ne menace pas la navigation
L'iceberg géant détaché de l'Antarctique ne menace pas la navigation

"En général, les grands icebergs circulent autour de l'Antarctique en raison du courant antarctique". Sa profondeur sous la mer elle, pourrait atteindre 210 mètres.

Pour le biologiste Jean Lemire, qui a réalisé le documentaire Mission Antarctique, il ne fait d'ailleurs aucun doute que les bouleversements climatiques affectent directement dans ce continent de 14 millions de kilomètres carrés.

Un iceberg de plus d'un trillion de tonnes dans l'Antarctique.

M. Lemire, qui a lui-même passé plusieurs mois en Antarctique, souligne que le réchauffement ne se fait pas sentir de la même façon dans toutes les régions du continent. Cette région est l'une de celles qui se réchauffent le plus vite dans le monde. " On constate déjà des changements, notamment pour l'abondance du krill, qui est à la base de la chaîne alimentaire".

Recommande: