Attentat à Nice : Emmanuel Macron "comprend la colère" des victimes

15 Juillet, 2017, 11:15 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Attentat à Nice : Emmanuel Macron

Emmanuel Macron "comprend la colère" ressentie contre l'Etat après l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice, et a promis que "tout sera [it] maintenu" dans l'aide aux victimes du terrorisme, lors de son allocution en hommage aux victimes de cette attaque.

Serrant des mains, le président a rejoint à pied la Place Masséna pour la cérémonie à laquelle assistent également ses deux prédécesseurs François Hollande et Nicolas Sarkozy, qui l'ont accompagné dans l'avion présidentiel. Franck, "le héros au scooter" qui avait essayé d'arrêter le camion, a été fait chevalier de la Légion d'honneur, sous une ovation de la foule.

La ville de Sousse a été associée à cette cérémonie.

Et c'est un discours particulièrement offensif qu'a livré le chef de l'État, qui est également revenu sur la colère des familles des victimes.

"La colère de beaucoup s'est concentrée sur la puissance publique".

Le président Emmanuel Macron a rappelé la nomination de la magistrate Élisabeth Pelsez comme déléguée interministérielle à l'Aide aux victimes, après les critiques d'associations sur la disparition d'un secrétariat d'État auprès des victimes présents dans de précédents gouvernements. " Lorsque l'impensable se produit et déchire nos vies, on en cherche les causes. Et si la République était frappée de surdité quand ses fils et ses filles lui crient leur douleur et leur indignation, elle ne serait pas la République, mais un régime à bout de souffle", a-t-il poursuivi. Pour cela, le chef de l'État a assuré que les aides aux victimes seront maintenues. "Je veux vous dire aussi que je connais les dirigeants politiques qui alors ont pris en charge la situation".

Emmanuel Macron a toutefois tenu à défendre le bilan de son prédecesseur François Hollande en la matière, affirmant que l'ancien président de la République, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, avaient " inlassablement combattu le terrorisme ".

Le président de la République s'exprimera vers 18h30 après une série d'hommages aux 86 personnes décédées et aux centaines de blessés dans l'attentat au camion-bélier commis il y a un an jour pour jour. Tout sera fait pour que la République et l'État regagnent votre confiance. Pour que cette épreuve inconcevable, loin de nous diviser, nous rassemble.

Recommande: