Direct vidéo. Suivez la cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat de Nice

15 Juillet, 2017, 13:10 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy se parlent souvent

Ce 14 juillet Nice commémore l'attentat qui a fait 86 morts sur la promenade des Anglais, en présence d' Emmanuel Macron, de François Hollande et de Nicolas Sarkozy.Match est à la rencontre des victimes et enquêté sur les changements que ce drame a entrainé dans leur existence. l'Obs s'intéresse à la métamorphose du maire de la Ville, Christian Estrosi, autrefois tenant de la droite dure, devenu un macronien très constructif. le mag l'appelle le " repenti de la Cote" et rappelle que ces deux dernières années, l'élu a surtout dû encaisser deux traumatismes. "Le chef de l'État, accompagné de son épouse Brigitte et de plusieurs de ses ministres, a présidé une cérémonie du souvenir émouvante à la mémoire des victimes du camion conduit par un individu radicalisé qui a foncé sur les spectateurs venus assister au feu d'artifice de la fête nationale". Devant une tribune qui accueillait plus de 2 000 personnes, le président a passé en revue des troupes interarmées.

"Je ne tairais pas ici ce soir les reproches qui se sont fait jour après l'attaque". La colère de beaucoup s'est concentrée sur la puissance publique. " Lorsque l'impensable se produit et déchire nos vies, on en cherche les causes". Et l'État alors doit regarder ses responsabilités en face. "Et si la République était frappée de surdité quand ses fils et ses filles lui crient leur douleur et leur indignation, elle ne serait pas la République, mais un régime à bout de souffle", a-t-il poursuivi. Emmanuel Macron s'est ensuite voulu rassurant sur la capacité de l'État à prendre en charge les suites de l'attentat: "Je connais les dirigeants politiques qui alors ont pris en charge la situation".

Emmanuel Macron a également livré un discours particulièrement offensif assurant que la France allait "poursuivre inlassablement cette lutte contre le terrorisme". Le président de la République, qui a été accueilli par Christian Estrosi, s'exprimera vers 18h30 après une série d'hommages aux 86 personnes tuées et aux centaines de blessés dans l'attentat au camion-bélier commis il y a un an jour pour jour sur la promenade des Anglais. Tout sera fait pour que la République et l'État regagnent votre confiance. "Pour que cette épreuve inconcevable loin de nous diviser nous rassemble". "Tout sera maintenu" a promis le chef de l'État, qui a nommé mercredi la magistrate Elisabeth Pelsez "déléguée interministérielle à l'aide aux victimes". "L'État ne vous abandonnera jamais pas plus qu'il n'abandonnera la recherche de la vérité", a encore souligné le président de la République.

Recommande: