Nicolas Sarkozy sous le charme de Brigitte Macron

15 Juillet, 2017, 10:42 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Des restrictions de circulation en découlent certaines seront mises en place dès le 13 juillet

Un hommage officiel a débuté dès 16h30, en présence du président de la République, des membres du gouvernement, mais aussi des anciens présidents de la République François Hollande et Nicolas Sarkozy.

Alors que des rescapés de l'attentat de Nice et proches des victimes se succédaient à la tribune pour témoigner, l'attitude de l'ancien président a choqué les internautes. S'il n'est pas entré dans la polémique qui longtemps a vu Christian Estrosi et Bernard Cazeneuve s'affronter, Emmanuel Macron a tout de même dit "comprendre la colère" des familles des victimes.

François de Rugy, président de l'Assemblée nationale, et Gérard Larcher, président du Sénat, seront aussi présents.

"Je ne tairai pas ici ce soir les reproches qui se sont fait jour après l'attaque". Le chef de l'Etat a promis que "tout sera [it] maintenu" dans l'aide aux victimes du terrorisme, lors de son allocution. "[.] Tout se fera pour que l'Etat, la puissance publique regagne votre confiance" , a-t-il également affirmé.

Le président Emmanuel Macron a rappelé la nomination de la magistrate Élisabeth Pelsez comme déléguée interministérielle à l'Aide aux victimes, après les critiques d'associations sur la disparition d'un secrétariat d'État auprès des victimes présents dans de précédents gouvernements. "L'État ne vous abandonnera jamais". Et d'enchaîner: "Je le sais, c'est d'une aide juridique, concrète, administrative, mais aussi d'une aide pour la santé, le transport, les enfants, la vie administrative et le quotidien dont vous avez besoin".

"L'Etat ne vous abandonnera jamais, l'Etat ne se soustraira ni à son devoir de clarté, ni à son devoir de compassion". " "C'est aussi, a-t-il insisté, le combat de la culture, de l'intelligence, de l'école contre l'obscurantisme".

Un an après, Nice se souvient.

Recommande: