La mathématicienne Maryam Mirzakhani est décédée d'un cancer

16 Juillet, 2017, 04:39 | Auteur: Ludovic Moineau
  • L'Iranienne Maryam Mirzakhani, première femme à recevoir la médaille Fields, est morte

"Une lumière s'est éteinte aujourd'hui. beaucoup trop tôt".

"Un génie? Oui, mais aussi une fille, une mère et une épouse ", a-t-il poursuivi dans un autre message accompagné d'une photo en noir et blanc de Maryam Mirzakhani, coupe courte et regard clair fixé vers l'objectif.

La mathématicienne Maryam Mirzakhani, la première femme récipiendaire de la médaille Fields, est morte samedi à l'âge de 40 ans.

But also a daughter, a mother and a wife.

Enfant, Maryam Mirzakhani rêvait d'être écrivain et lisait tout ce qui lui tombe sous la main. Le déclic pour les mathématiques lui vient plus tard. "La plupart des mathématiciens ne produiront jamais quelque chose d'aussi bon (.) Et elle l'a fait dès sa thèse", avait salué à l'époque un professeur de mathématiques de l'université de Chicago, Benson Farb, cité par le Stanford News. Sa passion pour la géométrie des formes inhabituelles (de la dynamique et de la géométrie des surfaces dites de Riemann) lui a fait découvrir de nouvelles façons de calculer les volumes d'objets avec des surfaces hyperboliques, comme une selle de cheval.

En 2014, l'ultime récompense.

"C'est un grand honneur et je serai heureuse si cela encourage de jeunes femmes scientifiques et mathématiciennes". "C'est amusant, c'est comme faire un puzzle ou résoudre une énigme policière", assure avec simplicité celle qui se fait déjà remarquer lorsque, adolescente, elle remporte les olympiades internationales des mathématiques deux années de suite, en 1994 et 1995, avec un score parfait à l'issue de la seconde édition. "Je suis convaincue que de nombreuses autres femmes recevront ce type de récompense dans les prochaines années", avait répondu la mathématicienne.

Il y a presque trois ans, le congrès international des mathématiciens organisé à Séoul avait créé la surprise en remettant la médaille Fields à une femme, et ce pour la première depuis sa création, en 1936.

Née à Téhéran, Maryam Mirzakhani avait donc d'abord choisi les lettres jusqu'à ce que son frère lui fasse découvrir un livre de maths qui raconte la fameuse histoire de Friedrich Gauss, ou comment effectuer facilement la somme de tous les entiers de 1 à 100.

Recommande: