Les Emirats pressent le Qatar à changer d'attitude

17 Juillet, 2017, 21:53 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Anouar Gargach ministre d'Etat émirati aux Affaires étrangères

Les Emirats Arabes Unis sont sur la sellette!

Anouar Gargach, ministre d'Etat émirati aux Affaires étrangères, avait auparavant estimé que l'article du Post était faux et a nié toute implication de son pays dans cette affaire.

L'Arabie saoudite, Bahreïn, l'Égypte et les Émirats arabes unis ont rompu le 5 juin leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de soutenir le terrorisme et de se rapprocher de l'Iran chiite, grand rival régional du royaume saoudien.

Vidéo: Pourquoi le Qatar est-il au centre d'une crise majeure avec ses voisins?

En mai, des propos attribués à l'émir cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani qualifiant l'Iran de "pouvoir islamiste" et louant le Hamas étaient apparus sur le site internet de l'agence de presse officielle du Qatar QNA et sur les réseaux sociaux. Il s'agissait aussi de faire rentrer le Qatar dans le rang, ses politiques diplomatique et économique étant jugées trop ambitieuses et trop peu solidaires de ses partenaires arabes du Conseil de coopération du Golfe (CCG) - qui rassemble l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Bahreïn, le Koweït, le Qatar et Oman.

"Les informations révélées dans le Washington Post (.) révèlent l'implication des Emirats arabes unis et de hauts responsables émiratis dans le piratage de Qatar News Agency", indique le service de communication du gouvernement dans un communiqué.

Le Qatar avait tenté de minimiser l'impact des déclarations attribuées à son émir en admettant avoir été victime d'une cyberattaque de son agence nationale d'information. Doha a déjà averti ses voisins que ses plateformes avaient été piratées. Doha, qui importe la plupart de ses biens de consommation mais qui a déclaré avoir des réserves alimentaires pour un an, a déclaré "irrecevables" les treize demandes (assorties d'un ultimatum aujourd'hui dépassé) qui lui ont été adressées le 22 juin, parmi lesquelles figure la fermeture de chaîne de télévision Al Djazira.

Recommande: