Les images de l'arrivée de Benjamin Netanyahu et Emmanuel Macron — Vel d'Hiv

17 Juillet, 2017, 13:03 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Macron réaffirme la responsabilité de la France

Après avoir rendu hommage aux victimes et aux proches de victimes de l'attentat de Nice, vendredi 14 juillet, le président de la République assiste, dimanche 16 juillet, en compagnie du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, à la cérémonie en mémoire des 13.000 Français juifs arrêtés par la police et la gendarmerie française (ainsi que des collaborationnistes), les 16 et 17 juillet 1942, à Paris, et cloîtrés dans le Vélodrome d'Hiver, en vue de leur déportation.

Cette commémoration "témoigne de l'amitié profonde entre la France et Israël", a dit le chef du gouvernement israélien à la tribune de la cérémonie, organisée à proximité de l'ancien vélodrome où furent raflés des milliers de Juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

"Il est si commode de voir en Vichy un monstruosité née de rien (.) mais c'est faux", a dit le chef de l'Etat. "Récemment encore, ce que nous croyons établi par les autorités de la République, sans distinction partisane, avéré par tous les historiens, (.) s'est trouvé contesté par des responsables politiques français prêts à faire reculer la vérité", a rappelé M. Macron, sans citer nommément la présidente du FN, Marine Le Pen. Des propos sur lesquels Marine Le Pen reviendra pendant la campagne présidentielle, arguant que "la vraie France était à Londres". "Ce serait faire beaucoup d'honneur à ces faussaires que de leur répondre. Mais se taire serait pire, ce serait être complice", a lancé Emmanuel Macron.

S'inscrivant dans les pas de Jacques Chirac qui en 1995 reconnaissait pour la première fois la responsabilité de l'état français dans la tragédie du Vel d'Hiv, Emmanuel Macron a réaffirmé ce dimanche midi que "c'est bien la France qui organisa" la rafle en juillet 1942.

"Je récuse les accommodements et subtilités de ceux qui prétendent que vichy n'était pas la France", a ajouté M. Macron. C'était le gouvernement et l'administration de la France.

Recommande: