L'opposition vote dans le calme contre la Constituante de Maduro

17 Juillet, 2017, 15:11 | Auteur: Edgar Lajoie
  • La participation au scrutin jugé illégal par Nicolas Maduro se rapproche sensiblement des 7,7 millions de suffrages remportés par l'opposition aux dernières élections législatives de décembre 2015

Selon le parquet, des inconnus à moto ont ouvert le feu sur les personnes qui patientaient pour voter dans un bureau dans l'ouest de Caracas, la capitale du Venezuela, tuant une femme et faisant trois blessés.

Près de 7,2 millions de Vénézuéliens ont participé dimanche au référendum officieux destiné à accentuer la pression sur le président Nicolas Maduro, après bientôt quatre mois de violentes manifestations. Mais l'opposition pense qu'elle servira à contourner l'Assemblée nationale, où elle détient la majorité depuis 2016 après 17 ans de domination chaviste -du nom du président décédé Hugo Chavez, dont Nicolas Maduro est l'héritier-.

Le référendum n'a pas été approuvé par les autorités électorales, soumises au pouvoir, qui a organisé une répétition générale de l'élection de la Constituante ce même dimanche pour semer la confusion.

Lors des dernières législatives de fin 2015, l'opposition avait rassemblée 7,7 millions de voix. "Sinon, sa légitimité peut en prendre un coup, le peuple attend des actions fermes", a commenté pour sa part Felix Seijas, directeur de l'institut de sondages Delphos. Les résultats définitifs de la consultation, qui n'a pas de caractère légalement contraignant, seront connus lundi, a-t-elle ajouté.

Pour éviter que l'opposition occupe tout le terrain dimanche, le gouvernement avait invité les citoyens à venir s'informer sur le scrutin du 30 juillet et tester les machines qui serviront au vote. Selon Datanalisis, 70% des Vénézuéliens rejettent le projet.

D'après les projections de l'institut de sondages Datanalisis, quelque 10,5 millions de personnes, sur 19 millions d'électeurs, seraient prêtes à voter lors de la consultation qui a reçu le soutien de l'Église catholique, des Nations unies, de plusieurs pays d'Amérique latine et d'Europe ainsi que des États-Unis.

"La communauté internationale doit maintenant demander l'annulation de cette Constituante putchiste", a déclaré le Bolivien Jorge Quiroga, l'un des cinq anciens présidents latino-américains venus à Caracas en tant qu'"observateurs internationaux" de la consultation. "Il y a un besoin urgent d'un dialogue national au Venezuela entre le gouvernement et l'opposition".

Le nombre de Vénézuéliens installés en Espagne est en forte hausse depuis le début de la crise politique et économique dans leur pays. L'inflation atteint trois chiffres et aliments et médicaments sont soumis à des pénuries.

Recommande: