Macron favorable à une "solution à deux Etats" — Proche-Orient

17 Juillet, 2017, 17:44 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Emmanuel Macron et Benyamin Netanyahou se sont retrouvés dimanche 16 juillet à l’Élysée pour un déjeuner de travail de près de deux heures

Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu le 16 juillet 2017 après la cérémonie de commémoration de la rafle du Vel d'hiv durant laquelle plus de 13 000 juifs ont été arrêtés, il y a 75 ans.

"La France se tient prête à appuyer tous les efforts diplomatiques" dans la gestion du conflit israélo-palestinien, a assuré Emmanuel Macron. Mais si Emmanuel Macron avait tout intérêt à ménager son homologue israélien, le président français a tout de même rappelé que " le droit international [doit être] respecté par tous, je pense ici à la poursuite des constructions dans les colonies ". L'Israël et la Palestine doivent pouvoir "vivre côte à côte dans des frontières sûres et reconnues, avec Jérusalem comme capitale", a-t-il lancé.

Sous la présidence de François Hollande, la France s'était activée pour tenter de relancer les discussions. Benjamin Netanyahou avait notamment fustigé en janvier " une conférence truquée par les Palestiniens sous les auspices de la France, visant à adopter de nouvelles positions anti-israéliennes " et dénoncé une initiative visant à faire" reculer la paix ".

Début juillet, le président avait reçu le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

"Nous avons partagé notre inquiétude concernant toute forme d'agression militante qu'elle vienne de Daech mais aussi de l'Iran", a-t-il dit.

Il a par ailleurs assuré le premier ministre israélien de sa "vigilance" sur l'accord signé sur le nucléaire iranien, en vue de sa "mise en œuvre stricte". Il a alors annoncé la position de la France et sa "position sur ce sujet". "Nous sommes également unis dans la lutte contre les groupes terroristes".

Recommande: