Clémentine Autain juge "étrange" l'invitation de Netanyahu — Vel d'Hiv

18 Juillet, 2017, 06:07 | Auteur: Edgar Lajoie
  • La nouvelle plaque en mémoire des victimes des crimes racistes et en hommage aux Justes

Une cérémonie de commémoration des 75 ans de la Rafle du Vel d'Hiv' avait lieu ce dimanche matin place de la gare à Dijon. Moins d'une centaine est revenue vivante des camps de la mort nazis. A titre de rappel, l'ancien chef d'Etat était le premier politique français à reconnaître la responsabilité de la France dans les persécutions racistes et antisémites survenues durant le régime de Vichy. "Je récuse les accommodements et subtilités de ceux qui prétendent que vichy n'était pas la France".

"Ce serait faire beaucoup d'honneur à ces faussaires que de leur répondre". Et d " emblée, Emmanuel Macron s'est inscrit dans la lignée de ses prédécesseurs.

Le chef du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahou, a tenu, pour sa part, à prononcer quelques mots en français pour commencer son discours.

"Également présent à la cérémonie, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a rendu hommage aux " frères et soeurs assassinés uniquement parce qu'ils étaient juifs " et aux Français qui, " au péril de leur vie, ont sauvé leurs compatriotes juifs ". "Pas un seul Allemand n'y prêta la main", a-t-il dit sur le site où se situait le Vel-d'Hiv, détruit en 1959. Juste avant le discours de Macron, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait évoqué l'affaire. Il a aussi demandé à Emmanuel Macron, dont "il sait l'engagement à protéger tous les Français juifs", de faire en sorte que soit reconnu le caractère antisémite du meurtre de Sarah Halimi. "Et nous ne céderons rien à l'antisionisme qui est la forme moderne de l'antisémitisme". "La confusion entre ces deux notions est courante, volontairement ou pas". La France de laquelle on s'attendait à une reconnaissance de l'Etat palestinien rejoint donc le concert des nations qui acceptent la persistance des souffrances quotidiennes infligées à des millions de Palestiniens auxquels sont déniés des droits fondamentaux... Depuis De Gaulle, la France avait compris que le conflit israélo-arabe et israélo-palestinien est au cœur de tous les problèmes du Proche-Orient.

"Cher Bibi". Emmanuel Macron a décidé d'appeler très ostensiblement Benjamin Netanyahou par le surnom que lui donnent ses partisans. Tout en appelant à une solution à deux États, il s'était opposé à toute forme de pression à l'encontre du gouvernement israélien, ainsi qu'à la reconnaissance d'un État palestinien avant même qu'un accord de paix soit conclu. Vichy put compter sur les ressources vives du pays pour mener sa politique de collaboration.

Recommande: