La limite des décibels désormais abaissée dans les discothèques et festivals

10 Août, 2017, 13:47 | Auteur: Gregory Millet
  • Image d'illustration

C'est en tout cas ce que semblent penser nos ministres. Discothèques et festivals vont devoir se soumettre à une réglementation plus stricte concernant le niveau sonore de la musique qu'ils diffusent.

Parmi les nouvelles dispositions, le niveau sonore dans les lieux concernés ne pourra plus dépasser 102 décibels, en moyenne mesurée sur 15 minutes. Le niveau maximal était fixé à 105 décibels depuis 1998. Une limite abaissée à 94 décibels lorsque le public ciblé est formé d'enfants de 6 ans maximum. De manière générale la réglementation s'applique à tous les lieux diffusant de la musique amplifiée "à titre habituel" et dont la capacité d'accueil est supérieure à 300 personnes. Cette nouvelle législation est mise en oeuvre en vertu du décret n du 7 août 2017 "relatif à la prévention des risques liés aux bruits et aux sons amplifiés" qui vise notamment à "protéger l'audition du public [.] les lieux ouverts au public ou recevant du public, clos ou ouverts, ainsi que la santé des riverains".

Les sanctions encourues en cas d'infraction restent une contravention de 1.500 euros (3.000 en cas de récidive) et la confiscation du matériel de sonorisation.

Pourquoi diminuer le son? Selon Laurent Droin, directeur du Centre d'information et de documentation sur le bruit, il s'agit avant tout de "prévention" et d'un "compromis satisfaisant entre la protection des auditeurs et la faisabilité".

Son moins fort, mais aussi bouchons d'oreilles gratuits, zones de "repos auditif".

Recommande: