Le meurtre sordide d'une femme fait resurgir l'affaire Ranucci — Toulouse

11 Août, 2017, 20:20 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Meurtre d'une jeune femme à Toulouse un suspect en garde à vue

Dans un communiqué paru dans l'après-midi, vendredi 11 août 2017, le parquet de Toulouse indique que Jean-Baptiste Rambla - principal suspect dans l'affaire du meurtre de Cintia, retrouvée baignant dans une mare de sang à son domicile en juillet 2017, à Toulouse - a été présenté " au magistrat instructeur de Toulouse ce jour en début d'après-midi en vue de sa mise en examen du chef de meurtre en récidive ". Un homme qui fait resurgir l'ombre d'un des faits divers les plus célèbres des quarante dernières années.

Le marseillais Jean-François Rambla revient à la une de l'actualité.

Ce sont des traces ADN qui ont mis les enquêteurs de la PJ sur les traces de de Jean- Baptiste Rambla qui a été interpellé le 9 août à Six-Four-Les-Plages dans le Var. Il n'a pas l'air de se rappeler " des faits, confie à L'Express une source proche de l'enquête.

Il s'agit de Jean-Baptiste Rambla, qui est le frère de Marie-Dolorès, kidnappée puis tuée à l'âge de 8 ans, en 1974, à Marseille, dans l'affaire dite du "pullover rouge". L'autopsie avait montré que son décès remontait à 48h00. On ignore encore comment ce dernier a fait la connaissance de Cintia alors qu'il était en liberté conditionnelle depuis février 2016. Il a fait parler de lui en 2008 en étant condamné à 18 ans de réclusion criminelle par la Cour d'Assises des Bouches-du-Rhône pour le meurtre, en 2004, de son ex-employeuse, dont le corps avait été découvert plus de sept mois après les faits.

En février 2015, il avait bénéficié d'une mesure de placement extérieur probatoire d'un an, préalable à sa libération conditionnelle intervenue en février 2016.

A l'époque, cette affaire s'était déroulée dans un climat particulier. Depuis plus de trente ans, et notamment la parution du livre "Le pullover rouge" (1978) de Gilles Perrault, l'affaire occupait les pages des journaux, la thèse de l'écrivain ayant alimenté les doutes sur la culpabilité de Ranucci.

Selon "la Dépêche du Midi", Jean-Baptiste Rambla, habitait depuis quelques temps, en toute discrétion, à Toulouse où il était suivi par un juge d'application des peines.

Recommande: