Le soldat Elor Azaria entre en prison militaire a Tzrifine

11 Août, 2017, 09:09 | Auteur: Gregory Millet
  • Elor Azaria ancien soldat israélien devant la cour martiale de la Kirya à Tel Aviv le 8 août 2017

Un tribunal militaire a rejeté la requête finale soumise par l'ancien soldat de l'armée israélienne Elor Azaria, qui avait réclamé un report de sa condamnation d'emprisonnement jusqu'à ce qu'il reçoive la réponse de sa demande en grâce présentée au chef d'Etat-major israélien, le général de division Gadi Eisenkot. L'arrivée d'Elor Azaria à la base de Tzrifine, près de Rishone Lezion, a été retransmise en direct par les télévisions. "Au bout du compte, je rentre en prison la tête haute", avait-il ainsi déclaré dans une vidéo devenue virale, une semaine avant son incarcération.

Au terme d'un procès ultramédiatisé qui a mis en lumière les lignes de fracture parcourant la société israélienne, une cour d'appel militaire a confirmé le 30 juillet un jugement de première instance condamnant Elor Azaria à 18 mois de prison ferme pour homicide volontaire.

Membre d'une unité paramédicale, Elor Azaria avait été filmé le 24 mars 2016 par un militant propalestinien alors qu'il tirait une balle dans la tête d'un Palestinien à Hébron, en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël.

Le Palestinien venait d'attaquer des soldats au couteau. De nombreuses personnalités de droite ont volé à son secours.

Le soldat franco-israélien, qui a agi dans le cadre de son service militaire, n'a pas exprimé de remords pour son acte. Il a néanmoins affirmé qu'il n'aurait pas tiré sur l'homme s'il avait su qu'il ne portait pas de bombe. Après avoir commencé par soutenir la décision de l'état-major de juger le soldat, Benyamin Netanyahu a fini par faire appel à la grâce. Elor Azaria doit purger une peine de 18 mois. Des organisations de défense des droits de l'Homme comme Amnesty International se sont senties confortées par la peine de 18 mois fermes.

Recommande: