Des œufs contaminés dans le Pas-de-Calais

12 Août, 2017, 23:39 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Oeufs contaminés : quels sont les risques 

De toutes ces données, l'ANSES conclut que "le risque de survenue d'effets sanitaires apparaît très faible ". Alors que le gouvernement déclarait encore l'Hexagone indemne il y a quelques jours, les enquêtes de traçabilité ont révélé que deux centres d'emballage d'œufs (Nord et Somme) ont reçu des œufs contaminés des Pays-Bas et de la Belgique dès avril! Chargée d'identifier un éventuel risque pour la santé, l'Anses a publié ses conclusions: "le risque pour la santé est très faible au vu des habitudes françaises de consommation alimentaire". Le Fipronil est couramment utilisé dans les produits vétérinaires pour lutter contre les poux par exemple, les tiques ou encore les acariens des animaux de compagnie. En juillet, les autorités belges ont en effet informé la Commission européenne que du fipronil avait été détecté dans des ufs et des viandes de volailles pondeuses (conventionnels et bio) dans des élevages des Pays-Bas et de Belgique. Saisie par les ministères en charge de l'agriculture, de la santé et de la consommation, l'Anses a mené une évaluation des risques liés à la consommation de ces œufs. En revanche, aucune préparation phytosanitaire à base de fipronil n'est autorisée. "Des niveaux de dose de l'ordre de dix fois la dose de référence aiguë n'ont conduit qu'à des symptômes bénins et réversibles", affirme l'agence. Elle rappelle tout d'abord que la toxicité du fipronil est plutôt modérée et que les effets observés chez l'homme sont généralement bénins. "L'exposition répétée au fipronil n'a pas non plus montré d'effets préoccupants, seulement des signes locaux bénins", précise l'Anses.

L'institution a également évalué la quantité maximale d'œufs, contaminé à des concentrations considérées comme élevées (1,2 mg/kg d'œuf), pouvant être consommée en une seule fois sans s'exposer à un risque aigu. Pour un enfant de 3 à 10 ans pesant en moyenne 25 kg, cette valeur est estimée à trois œufs par jour.

"L'Agence a élargi son expertise à la consommation de viande de volaille".

En conclusion, en cas de dépassements des niveaux de consommation maximale d'œufs ou de viande de poulets contaminés identifiés par l'Agence, le risque ne peut être exclu.

Si des mesures du niveau de contamination par le fipronil devaient être réalisées dans des produits alimentaires préparés susceptibles de contenir des œufs ou des ovoproduits contaminés, il sera nécessaire de tenir compte du facteur de dilution des œufs ou ovoproduits dans ces produits alimentaires pour comparer ces résultats à la LMR.

Recommande: