Donald Trump: "pas assez dure" avec Pyongyang

12 Août, 2017, 02:39 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Donald Trump:

Donald Trump s'est également une nouvelle fois montré agacé par l'attitude de la Chine, principal partenaire économique de Pyongyang, qui doit "faire beaucoup plus" pour mettre la pression sur son turbulent voisin. En frappant le pays au portefeuille, la communauté internationale a pour objectif de pousser Pyongyang à la négociation, notamment après les deux tirs de missiles intercontinentaux effectués en juillet.

Décidément, les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis ne sont pas prêtes de se calmer.

Accusé par le régime de Kim Jong-Un d'avoir perdu la raison, le président américain a lui défendu sa formule controversée sur "le feu et la colère", estimant qu'elle n'était "peut-être pas assez dure".

La guerre est déclarée entre les États-Unis et la Corée du Nord.

Le président américain Donald Trump a de nouveau menacé vendredi d'employer la force contre la Corée du Nord, affirmant que les options militaires "sont en place" et "prêtes à l'emploi".

La Chine a appelé mercredi à éviter "les paroles et actions" susceptibles d'accroître la tension dans la péninsule coréenne, au lendemain de propos du président américain Donald Trump promettant "le feu et la colère" à Pyongyang.

Les analystes et autres membres du renseignement étaient, jusqu'ici, convaincus que malgré les dix ans écoulés depuis le premier test nucléaire de Pyongyang en octobre 2006, la Corée du Nord était encore à quelques années de savoir maîtriser le processus de miniaturisation.

"Si la Corée du Nord fait quoi que ce soit - ne serait-ce qu'en songeant à attaquer des gens que nous aimons, ou nos alliés, ou nous - ils devront vraiment s'inquiéter", a-t-il martelé. "Cela ne va pas continuer comme ça", a-t-il tonné.

La Corée du Nord avait réagi ces derniers jours au changement de ton à Washington en menaçant de lancer une attaque contre l'île américaine de Guam, avant-poste stratégique des forces américaines dans le Pacifique.

Depuis 2006, l'ONU a imposé six trains de sanctions à la Corée du Nord mais rien ne semble faire dévier le jeune leader Kim Jong-Un.

"La Chine devrait aussi indiquer clairement que si la Corée du Nord tire des missiles qui menacent d'abord le sol américain et que les Etats-Unis ripostent, la Chine restera neutre", dit un éditorial du Global Times, contrôlé par le pouvoir. En revanche, "si les Etats-Unis et la Corée du Sud mènent des frappes et essaient de destituer le régime nord-coréen et de changer le modèle politique de la péninsule coréenne, la Chine les empêchera d'en faire ainsi". Il y a "des résultats diplomatiques et je veux rester sur cette dynamique", a-t-il déclaré.

Recommande: