Virginie : une voiture fonce dans la foule, des blessés

12 Août, 2017, 22:50 | Auteur: Edgar Lajoie
  • En Virginie les antiracistes ont éclipsé le Ku Klux Klan

Dans un air chargé en gaz lacrymogène, les heurts opposant manifestants de la droite radicale et contre-manifestants se sont multipliés avant même le début prévu du rassemblement, avec des rixes, des jets de projectiles, des échanges de coups de bâton, selon une journaliste de l'AFP sur place.

Dans ce climat très tendu, certains membres de milices d'extrême droite sont venus en tenue paramilitaire, des fusils semi-automatiques en bandoulière [le port d'arme de façon ostentatoire est autorisé par la loi en Virginie, NDLR]. "Nous devons TOUS nous unir et condamner tout ce qui représente la haine, a tweeté Donald Trump". Les autorités ont finalement décidé d'interdire ce rassemblement. Le gouverneur de l'Etat, Terry McAuliffe, a été contraint de déclarer un état d'urgence pour permettre de mobiliser davantage de moyens policiers pour mettre fin aux violences.

Plusieurs personnes ont été blessées après qu'une voiture a percuté les contre-manifestants à Charlottesville, en Virginie. "Il n'y a pas de place pour ce genre de violence en Amérique", avait déclaré le président Donald Trump après les affrontements survenus plus tôt.

Un rassemblement de groupuscules d'extrême-droite a été organisé ce samedi à Charlottesville, pour protester contre le déboulonnage d'une statue d'un général sudiste pendant la guerre de Sécession.

Des drapeaux confédérés sont visibles lors du rassemblement, avec certains signes néonazis.

Les violences ont commencé avant même le début du rassemblement. Tant qu'ils le font pacifiquement, c'est leur droit, a commenté le gouverneur démocrate. Le gouverneur démocrate de la Virginie avait indiqué avoir donné comme instruction aux forces de l'ordre "d'agir rapidement et de façon décisive" au cas où des débordements surviendraient. Les autorités redoutaient que des milliers de militants nationalistes et de militants antifascistes se retrouvent face à face à ce rassemblement, baptisé "Unite the Right Rally". C'est contre la destruction de celle-ci que ces manifestants nationalistes, Ku Klux Klan et néo-nazis compris, veulent manifester ce weekend.

Si ces images ne sont pas rares aux États-Unis, elles ont de quoi choquer.

Le rassemblement fait suite à celui, plus restreint, du Ku Klux Klan, le 8 juillet. Les experts doutent toutefois d'un véritable rapprochement entre ces différents groupes très disparates.

La manifestation a dégénéré au cours du parcours qui a été émaillée par des violences entre membres de l'extrême droite et contre-manifestants malgré le déploiement d'un important service de sécurité dont des éléments de la Garde nationale. De son côté, Paul Ryan, le leader républicain au Congrès, a dénoncé ce rassemblement de l'extrême droite comme un "spectacle répugnant" fondé sur un "sectarisme vil".

Recommande: