Corée du Nord. Aubaine pour Guam ?

13 Août, 2017, 16:37 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Le président Moon Jae-in dirige une réunion des conseillers le lundi 7 août 2017 au bureau présidentiel Cheong Wa Dae

L'armée nord-coréenne a fait état jeudi d'un projet consistant à lancer quatre missiles qui survoleraient le territoire japonais avant d'aller s'abattre en mer "à 30 ou 40 kilomètres de Guam".

Alors que le bras de fer continue entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, Pyongyang a pour la première fois annoncé une date concernant son plan d'attaque au missile contre l'île de Guam. L'escalade verbale, quant à elle, continue.

De son côté, le président américain Donald Trump, qui avait promis la veille "le feu et la colère" au régime nord-coréen, a estimé jeudi que sa mise en garde "n'avait pas été assez dure".

Quatre missiles seront tirés simultanément et survoleront les préfectures japonaises de Shimane, Hiroshima et Koichi, a expliqué l'armée. Située à quelque 2 600 km à l'est des Philippines, l'île principale de l'archipel des Mariannes est un avant-poste stratégique pour les forces américaines, qui y comptent environ 6 000 soldats sur une base aérienne et une base navale.

Le Japon, qui a averti par le passé qu'il abattrait tout missile menaçant son territoire, a réaffirmé qu'il ne "tolèrera jamais les provocations" du pays reclus.

Guam, où vivent 162.000 habitants, est également équipé d'un bouclier anti-missiles THAAD. Cela pourrait être une façon d'expliquer que leur projet est "conforme au droit international", selon le professeur Yang Moo-Jin, de l'université des Études nord-coréennes de Séoul.

D'après les analystes, des tirs vers Guam placeraient Washington dans une position délicate: s'il ne tente pas de les intercepter, sa crédibilité en prendrait un coup et Pyongyang se sentirait pousser des ailes pour mener un test d'ICBM grandeur nature.

Cette déclaration intervient en pleine recrudescence des tensions entre Pyongyang et Washington. "Pour le Nord, les propos incendiaires de Trump sont une question de vie ou de mort", relève Hong Hyun-Ik, analyste à l'Institut Sejong. "Dix millions de coeurs s'enflamment avec la promesse de défendre la mère patrie jusqu'à la mort", proclamait une banderole. La Maison Blanche l'a assuré qu'une frappe contre le territoire serait assimilée à une attaque contre les Etats-Unis, a-t-il dit. D'après l'annonce faite par Pyongyang, ces localités pourraient se trouver sur la trajectoire de missiles nord-coréens. Arrêté en janvier 2015, il avait été accusé d'actes subversifs contre le régime nord-coréen, ce que les autorités canadiennes ont toujours vigoureusement démenti.

Recommande: