De nouveaux œufs contaminés en France

13 Août, 2017, 01:23 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Cinq entreprises françaises

Un premier lot de 196.000 oeufs en provenance de la Belgique aurait été mis sur le marché entre le 16 avril et le 2 mai.

Onze autres Etats membres sont également touchés par la crise, puisqu'ils ont reçu des produits contaminés provenant des quatre pays précités. Depuis le début de la semaine, ce sont cinq casseries d'œufs qui ont été identifiés dans l'Hexagone.

La Belgique a déploré mercredi le manque d'informations venant des Pays-Bas dans le scandale des oeufs contaminés, reprochant à ce pays de ne pas avoir informé plus rapidement ses voisins européens malgré la découverte dès novembre 2016 d'un insecticide dans des oeufs.

Au sein de l'Union, la Belgique, les Pays-Bas, l'Allemagne et la France sont concernées par le blocage d'exploitations avicoles.

Le lanceur d'alerte à l'origine du renseignement, Nick Hermsen, a enfoncé le clou en racontant vendredi aux médias qu'il avait nommément désigné les deux entreprises à l'origine de la fraude: le distributeur de produits sanitaires belge Poultry-Vision et la firme de désinsectisation ChickFriend. "C'est absolument le cas pour celle-ci", a reconnu jeudi la ministre néerlandaise de la Santé Edith Schippers. Ces derniers peuvent actuellement se trouver dans nos réfrigérateurs et portent le code 0NL43651-01. "Les niveaux de contamination ne présentent pas de risque pour les consommateurs, a-t-il affirmé, mais en ayant connaissance du numéro de lot, s'ils préfèrent les détruire ou les écarter, ils en ont toute la liberté". La Belgique et les Pays-Bas, où la contamination s'est produite, sont mobilisés pour en trouver les responsables. "Nous devons travailler ensemble [.] plutôt que perdre de l'énergie à désigner des coupables", a asséné le commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis, qui a convoqué une réunion entre ministres, a priori le 26 septembre.

S'appuyant sur les données recueillies lors d'"études nationales de consommations alimentaires", l'Anses estime, dans un avis rendu public vendredi, que "la quantité maximale d'œufs pouvant être consommés varie de un (pour un enfant de 1 à 3 ans) à dix par jour (pour un adulte)", "sans s'exposer à un risque aigu".

Cette critique a été relayée en creux par son homologue français Stéphane Travert, qui a également égratigné la Belgique au passage, en exprimant son souhait d'avoir à l'avenir "des échanges beaucoup plus fructueux et beaucoup plus rapides" avec ces pays en pareille situation.

Stéphane Travert assure que des investigations dans les élevages de volailles et dans les établissements d'ovoproduits doivent se poursuivre.

Tous les produits contenant des œufs issus des élevages contaminés seront retirés du marché dans l'attente de résultats d'analyse. La crise des œufs contaminés a déjà touché quinze pays de l'Union européenne.

Le fipronil est considéré comme " modérément toxique " pour l'homme par l'Organisation mondiale de la santé et il est interdit de l'utiliser chez les animaux destinés à la consommation humaine.

Recommande: