La Corée du Nord précise son plan d'attaque sur Guam

14 Août, 2017, 02:22 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Corée : Tension et dialogue au point mort entre la Corée du Nord et du Sud

Située dans le Pacifique ouest, à quelque 3 500 km de la Corée du Nord, Guam compte des installations stratégiques américaines, bombardiers lourds à longue portée, chasseurs et sous-marins, qui participent régulièrement à des démonstrations de force sur et près de la péninsule coréenne, à la grande fureur de Pyongyang.

Étant donné l'isolement de la Corée du Nord, le journal chinois estime que "Washington devrait réfléchir sur ce qui pourrait attiser le désir de Pyongyang d'entrer en contact avec le monde extérieur et faire en sorte que la perspective d'un retour dans le giron de la communauté internationale devienne attirant". C'est une déclaration [.] Il (en parlant de Kim Jong-un) ne va pas continuer à me.

Mais le président américain a au contraire multiplié les déclarations bellicistes.

La réaction de la Corée du Nord ne s'est pas fait attendre. "La Corée du Nord a rompu il y a longtemps l'accord de dénucléarisation", a ajouté le dirigeant conservateur.

Cette guerre rhétorique entre les États-Unis et la Corée du Nord alimente les craintes d'une erreur de calcul qui aurait des conséquences catastrophiques sur la péninsule coréenne et au-delà.

Donald Trump ne s'est toutefois pas engagé sur la question d'éventuelles frappes préventives. Mais depuis son golf de Bedminster (New Jersey), où il passe des vacances, le président américain a persisté dans le registre belliqueux adopté depuis trois jours: "S'il fait quoi que ce soit visant Guam, ou un autre territoire américain, ou un allié des Etats-Unis, il le regrettera vraiment et il le regrettera rapidement", a-t-il lancé, évoquant le jeune leader nord-coréen. "La France est prête à mettre tous ses bons offices disponibles pour que nous puissions trouver une solution pacifiée", a-t-il également affirmé. "Il n'y a rien de nouveau", a-t-il dit sous couvert d'anonymat.

Selon le renseignement américain, la dictature communiste nord-coréenne posséderait environ 758 kg d'uranium hautement enrichi et 54 kg de plutonium, soit une quantité suffisante pour fabriquer 60 ogives nucléaires.

Selon les analystes, des tirs vers Guam placeraient Washington dans une position délicate: si les États-Unis ne tentaient pas de les intercepter, leur crédibilité en prendrait un coup et Pyongyang se sentirait pousser des ailes pour mener un test de missile intercontinental (ICBM) grandeur nature.

Par ailleurs, si Kim Jong-un décidait de passer à l'action, l'île est équipée d'un système de défense anti-missile THAAD destiné à empêcher une arme longue portée de toucher le territoire américain. L'armée nord-coréenne a fait état, jeudi, de ce projet consistant à lancer quatre missiles qui survoleraient le Japon avant de s'abattre en mer "à 30 ou 40 kilomètres de Guam ".

Pékin est dans la ligne de mire de Donald Trump, qui trouve que la Chine, reconnue comme un allié du régime de Kim Jong-un, ne fait pas suffisamment pression sur Pyongyang.

Recommande: