La Libye interdit les navires étrangers près de ses côtes — Migrants

14 Août, 2017, 00:18 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Un bateau pneumatique avec 129 migrants à bord en mer Méditerranée le 1er août

Après l'instauration de nouvelles mesures libyennes contre les navires étrangers, l'ONG a décidé de suspendre son activité de sauvetage des migrants en Méditerranée.

"L'ONG continuera cependant à assurer la logistique et l'assistance sanitaire sur l'Aquarius de SOS Méditerranée, qui se trouve actuellement dans les eaux internationales, a-t-elle précisé samedi".

S'il n'entend pas jeter l'éponge, l'équipage de l'Aquarius a décidé de rester sagement à 24 milles maritimes, à la limite de la zone où Tripoli a le droit de faire respecter ses lois nationales en matière de migration.

La marine libyenne a annoncé jeudi la création au large du territoire d'une zone de recherche et de sauvetage, qu'elle interdit sauf autorisation aux navires étrangers, en particulier aux ONG patrouillant pour secourir des migrants.

A la suite de cette interdiction perçue comme menaçante, Médecins sans frontières (MSF) a annoncé samedi la suspension temporaire des activités du "Prudence", 75 mètres de long, plus gros navire de secours aux migrants en Méditerranée.

"Nous laissons un vide mortel en Méditerranée", a regretté le fondateur de Sea Eye, Michael Buschheuer, en calculant que son organisation avait sauvé environ 12.000 personnes en Méditerranée depuis avril 2016. En revanche, le Golfo Azzurro de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms se préparait à repartir " dans les prochaines heures " pour la zone des secours après un ravitaillement à Malte. A ses distances habituelles: 15 à 18 milles des côtes le jour - suffisamment près pour distinguer le relief libyen depuis le bateau -, 30 à 35 milles la nuit pour éviter les filets des pêcheurs. Pour lui, la moindre présence des ONG, accusées par leurs détracteurs d'être devenues des " taxis " de migrants, est plutôt positive.

"Dans ces conditions, notre mission de sauvetage n'est plus possible".

Et selon lui, "les enquêtes de quelques procureurs siciliens ont créé le contexte +culturel+ approprié pour obtenir le code des ONG".

En parallèle, une enquête menée à l'Ouest de la Sicile a conduit à la saisie du bateau d'une ONG allemande pour des soupçons de liens directs avec des trafiquants au large de la Libye.

Quatre personnes au total ont été citées dans cette enquête: deux commandants, un membre d'équipage, ainsi qu'un prêtre érythréen très actif dans l'aide aux migrants.

Recommande: