Nokia prévoit 597 suppressions d'emplois en France d'ici 2019

07 Septembre, 2017, 10:50 | Auteur: Stephane Girardot
  • Nokia veut supprimer près de 600 emplois de plus en France d'ici 2019

Les sites de Paris-Saclay/Boulogne et de Lannion (Côtes-d'Armor) seraient concernés par le projet de transformation mais les filiales Radio Frequency Systems (RFS) et Alcatel Submarine Networks (ASN) ainsi que les services de recherche et développement (R&D), en sont exclus, a-t-elle précisé.

Selon un porte-parole de l'équipementier télécoms finlandais, Nokia prévoit 597 suppressions d'emplois en France d'ici 2019.

"Nokia s'efforcera de limiter autant que possible le nombre de départs contraints et mettra tout en oeuvre pour proposer des mesures d'accompagnement", a-t-elle ajouté dans un message transmis à Reuters.

Lors du rachat d'Alcatel-Lucent début 2016, les dirigeants de Nokia s'étaient engagés avec Emmanuel Macron (Ministre de l'économie à cette époque) à maintenir les effectifs dans l'Hexagone à 4.200 salariés.

A Bercy, un porte-parole a dit que le ministère des Finances réunirait "dans les prochaines semaines" un comité de suivi avec la direction et des représentants des syndicats. "Mais depuis l'acquisition, c'est " plus de 1000 disparitions d'emplois réalisées ou en cours de réalisation " qui sont à déplorer en France, écrit dans un communiqué l'intersyndicale CFDT-CFE-CGC-CGT-CFTC".

Le groupe en difficulté chronique a choisi de repositionner la France en pôle d'excellence en matière de recherche-développement sur trois technologies clé: la 5G, la cybersécurité et l'internet des objets.

Les licenciements auront lieu dans deux des filiales Alcatel Lucent International et Nokia Solutions and Networks (NSN), a déclaré mercredi une porte-parole du groupe finlandais.

Recommande: