Macron, Wauquiez, Pécresse : "Quand la politique se confond avec l'alpinisme"

12 Septembre, 2017, 17:54 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Laurent Wauquiez président LR de la Région Auvergne-Rhône-Alpes est en campagne pour la présidence du parti Les Républicains

Pour "oxygéner la droite", la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, a lancé, hier, à Argenteuil (Val-d'Oise), son mouvement, "Libres!". Un temps pressentie, Valérie Pécresse a finalement renoncé à la lutte.

Devant près de 2000 personnes, dont quelque 250 élus LR, rassemblées sur la butte d'Orgemont d'où on aperçoit tout Paris, elle a développé son credo d'une "troisième voie" pour la droite, qui ne serait "ni celle de Macron, ni celle de Buisson", l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et ex-directeur du journal Minute.

Estimant qu'une "remise en cause radicale" s'impose, Valérie Pécresse a indiqué vouloir réconcilier la droite avec les classes populaires et les jeunes, lutter contre "l'assistanat", thème cher à Laurent Wauquiez, tout en remettant "l'humain au premier plan de ses décisions".

" Rien ne serait pire que de repartir comme avant " et de " servir aux Français la saison 3 de 'A droite toute!' ", a affirmé Valérie Pécresse, qui avait soutenu Alain Juppé et son " identité heureuse " lors des Primaires de la droite. Pour l'heure, c'est Bernard Accoyer qui assure l'intérim à la tête du parti, en attendant l'élection très attendue des 10 et 17 décembre prochains.

Et d'inviter " tous ceux qui ont été déçus par la droite et le centre " à rejoindre ce mouvement.

Aussi, dimanche à Argenteuil, quatre des six candidats à la présidence de LR étaient présents: Daniel Fasquelle, Florence Portelli, Maël de Calan et Laurence Sailliet.

"Nous voulons proposer une droite positive, ferme, sociale et réformatrice", écrivent-ils, reprenant les mots de la présidente de la région Ile-de-France.

Recommande: