Singapour : élection d'une femme au poste de président de la République

13 Septembre, 2017, 20:09 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Halimah Yacob première femme présidente

Foulard jaune autour de la tête et visage bienveillant, Halima Yacob est devenue mercredi la première femme présidente de Singapour, après l'élimination de ses deux principaux rivaux, des hommes d'affaires qui ne remplissaient pas les critères d'éligibilité.

Les candidats en lice, les hommes d'affaires Salleh Marican et Farid Khan, ont été déclarés inéligibles par les autorités car, issus du secteur privé, ils ne pouvaient prouver une expérience de trois ans de travail à la tête d'une entreprise dotée d'un capital d'au moins 500 millions de dollars singapouriens (310 millions d'euros). Elle a démissionné en août pour se lancer dans la course à la présidentielle à l'issue de laquelle elle a accédé à la fonction suprême, succédant à Tony Tan Keng Yam, président depuis 2011. La communauté chinoise est l'ethnie majoritaire à Singapour. Le chef de l'exécutif reste toutefois le premier ministre Lee Hsien Loong, membre du Parti d'action populaire (PAP) au pouvoir depuis 1959. Mais pour Halima Yacob la battante, "avec ou sans élection, ma passion et mon engagement pour servir les Singapouriens seront les mêmes ".

C'est également la première fois que la présidence a été réservée à la communauté malaise, suite à une réforme de la Constitution en 2016.

A 63 ans, Halimah Yacob a été investie jeudi 14 septembre pour un mandat six ans.

L'annonce de sa nomination a provoqué des critiques et railleries sur les réseaux sociaux."Élue sans élection".

Il y a déjà eu un président malais (donc musulman), Yusof Ishak, au lendemain de l'indépendance de Singapour de 1965 à 1970.

Recommande: