L'administration pénitentiaire s'inquiète de la santé mentale de Salah Abdeslam

15 Septembre, 2017, 12:51 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Les conditions de détention de Salah Abdeslam revues après la dégradation de sa santé mentale

C'est le journal Le Parisien qui l'annonce: les conditions de détention de Salah Abdeslam, le seul survivant des commandos ayant commis les attentats du 13 novembre 2015 vont été améliorées. La crainte de l'administration pénitentiaire reste en effet son suicide. Des signes de dégradation de sa santé mentale sont apparus depuis quelques mois.

Selon le quotidien, depuis mai, la vitre qui séparait Salah Abdeslam de sa famille -seuls membres autorisés à lui rendre visite- lors des parloirs a été retirée.

"Parler d'allègement est excessif" selon Nicole Belloubet.

Désormais la vitre de séparation qui équipait le parloir du détenu a été retiré afin que le détenu puisse être en contact avec ses proches, il est ensuite fouillé après les visites.

Pourtant certains aspects de ses conditions de détention pourrait sembler relativement convenables eu égard des autres détenus de Fleury-Mérogis, qui accueille environ 4.500 prisonniers pour 3.000 places. "Tout est réversible à tout moment" en cas de "changement de comportement", a ajouté la source.

Salah Abdeslam est actuellement détenu dans une cellule de 10 mètres carrés, placée sous la surveillance de plusieurs caméras infrarouges le filmant 24 heures sur 24.

Aujourd'hui, l'homme âgé de 28 ansmis en examen pour "assassinats terroristes" est complètement isolé du reste des détenus, bénéficiant de deux promenades quotidiennes qu'il effectue selon Le Parisien sur le toit de la maison d'arrêt.

Recommande: