18 réfugiés burundais tués par les tirs de militaires — RDC

16 Septembre, 2017, 18:50 | Auteur: Edgar Lajoie
  • RDC DIX-HUIT RÉFUGIÉS BURUNDAIS AURAIENT ÉTÉ TUÉS PAR L'ARMÉE

La République démocratique du Congo fait partie des trois principaux pays d'accueil des personnes qui fuient la situation politique critique au Burundi.

Le bilan provisoire est fourni par les autorités provinciales du Sud-Kivu qui expliquent que les militaires avaient voulu disperser des réfugiés à Kamayola.

Selon Wendo Joël, un militant de la région, les forces congolaises ont ouvert le feu vendredi sur des réfugiés qui venaient de tuer un soldat et tentaient de libérer plusieurs des leurs, arrêtés par les services de renseignement, dans ce camp situé dans la ville de Kamanyola.

Selon lui, "les réfugiés ont emmené les corps d'autres victimes au camp pakistanais de la Monusco à Kamanyola".

La plupart des réfugiés burundais ont décidé de passer la nuit devant cette base, car "les réfugiés qui sont restés chez les habitants ont été chassés comme des animaux par des congolais toute la nuit", a témoigné un réfugié, disant craindre pour ses compatriotes encore hébergés dans des familles congolaises.

Dans une série de tweets, Alain-Aimé Nyamitwe a dit sa consternation et a demandé au Haut-Commissariat des nations pour les réfugiés (UNHCR) et à la MONUSCO un éclairage sur les circonstances de cet événement.

"J'ai vu des gens tomber, des hommes, des femmes et des enfants qui n'avaient aucune arme".

En 2013, près de 200 adeptes de ce groupe religieux avaient été condamnés par la justice burundaise à des peines allant jusqu'à cinq ans de prison pour "désobéissance civile".

Ces violences ont déjà fait de 500 à 2.000 morts, selon les sources (ONU et ONG), des centaines de cas de disparition forcée et de torture et ont poussé à l'exil plus de 400.000 Burundais.

Recommande: