Climat : les Etats-Unis pourraient rester dans l'Accord de Paris

18 Septembre, 2017, 10:19 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Quoi surveiller cette fin de semaine?

Ce premier accord significatif pour l'environnement a permis "d'éliminer plus de 99% des substances qui appauvrissent la couche d'ozone", a estimé Mme McKenna en rappelant que d'ici le milieu du siècle cette couche devrait être reconstituée.

L'Union européenne fera prochainement des propositions à ses États membres afin de réduire ses émissions de carbone dans le secteur des transports, avait déjà indiqué le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, dans son discours sur l'état de l'Union, mercredi 13 septembre à Strasbourg. Si M. Trump campe sur ses positions, les États-Unis ne sortiront officiellement du pacte que le 4 novembre 2020, un jour après la prochaine élection présidentielle.

Pour autant, la mise en place des dispositions de l'accord de Paris de réduction des émissions doit être amplifiée tout en gardant l'objectif de limiter, dans l'idéal, la hausse de la température moyenne de la planète à +1,5 degré Celsius en 2050 par rapport à son niveau de l'ère pré-industrielle. En l'état, si les États-Unis reviennent sur leur "engagement pris à Paris, j'ai aussi entendu qu'ils se désengagent sans quitter non plus totalement l'objectif", a noté le ministre français de l'Environnement. Miguel Arias Cañete, commissaire européen à l'Action pour le climat, a rapporté les propos du représentant américain, Everett Eissenstat, qui avait assuré que les Etats-Unis "ne renégocieraient pas l'accord de Paris mais qu'ils allaient passer en revue les termes sur lesquels ils sont engagés par cet accord". "Il n'y a eu aucun changement dans la position des États-Unis à l'égard de l'accord de Paris, faisait savoir cette fois la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders". Les Américains, qui avaient envoyé un délégué dans la ville canadienne, ont d'abord rassuré les négociateurs climat avant de faire volte-face quelques heures plus tard depuis Washington.

" Tous les acteurs autour de la table, y compris les États-Unis, actent que l'accord de Paris est irréversible", a indiqué de son côté Nicolas Hulot, ministre français de la Transition écologique.

Le 1er juin, le président américain Donald Trump a annoncé sa décision de retirer les Etats-Unis de l'Accord de Paris, et a justifié ce retrait par la crainte de voir l'accord menacer l'économie américaine.

Mais elles semblent bien présenter un assouplissement, bien loin des critiques de M. Trump, qui qualifiait l'accord de pacte "draconien" contre la souveraineté américaine, qui favoriserait de manière injuste selon lui des pays comme la Chine ou l'Inde.

Pour cela, " l'Union européenne est résolue à mettre en oeuvre l'accord de Paris mais nous sommes aussi décidés à élever nos ambitions dans le temps ", a assuré M. Arias Cañete.

Le calendrier, a souligné M. Arias Cañete, est d'avoir ce " recueil de règles (...) avant la COP24 de Katowice (Pologne) fin 2018 ".

Recommande: