Le père obtient la garde partagée de l'enfant né de son viol

11 Octobre, 2017, 07:52 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Etats-Unis: un violeur obtient l'autorité parentale sur l'enfant de sa victimePlus

Il pourrait s'agir d'un cas unique aux États-Unis.

La victime de Christopher Mirasolo, qui a maintenant 21 ans, tente de s'opposer à la décision de justice et compte invoquer le Rape Survivor Child Custody Act, une récente législation qui permet justement de protéger les victimes de viol dans ce genre de situation.

Plus surprenant encore, ce n'est pas le violeur qui a fait cette demande. "Il n'a rien demandé. Il a reçu un ordre de filiation délivré par la cour le mois dernier indiquant qu'il bénéficiait légalement de l'autorité parentale et d'un droit de visite".

"C'est insensé, de dire Me Rebecca Kiessling". Elle raconte que les faits se sont déroulés en 2008 alors que la fillette avait quitté la maison familiale avec sa sœur de 13 ans et une amie, afin de rejoindre un ami.

Christopher Mirasolo n'avait été condamné qu'à un an de prison après le viol de cette fillette en 2008. Prétendant les emmener faire un tour en voiture, il s'était alors débarrassé de leurs téléphones portables et les avaient séquestrées pendant deux jours dans une maison vide, menaçant de les tuer si elles racontaient ce qu'il s'était passé.

La victime a par ailleurs assuré de son côté ne pas avoir consenti à ce que son adresse soit communiquée à son agresseur, ni à ce que son nom soit ajouté au certificat de naissance de l'enfant, comme cela a été fait par la justice. "Mais le système s'acharne sur ma cliente qui n'était qu'une enfant au moment des faits", dénonce l'avocate de la victime. "Depuis le début, cette affaire a été menée en dépit du bon sens", a expliqué Rebecca Kiessling, avocate de la victime qui a, en vain, formulé des objections devant le juge". "Elles pensaient aller au McDonald's", confie l'avocate. Une sanction inefficace puisque l'homme fut condamné une seconde fois, en 2010, et ce pour quatre and, pour une autre agression sexuelle sur une victime âgée de 13 ans.

Recommande: