Sens commun prêt à rejoindre le Front national ?

12 Octobre, 2017, 13:09 | Auteur: Edgar Lajoie
  • Le président de Sens commun a lancé un appel

Christophe Billan veut toutefois modérer cet appel du pied à l'extrême droite, semblant voir en la nièce de Jean-Marie Le Pen, en retrait depuis peu de la vie politique, une sorte de palier entre Les Républicains et le FN. Sens Commun, antenne de La Manif Pour Tous au sein du parti Les Républicains, se livre à une foire d'empoigne interne à la suite d'une communication " mal interprétée " de son président Christophe Billan au sujet de Marion Maréchal-Le Pen.

Voilà qui n'a pas plu à tout le monde chez Sens Commun. Lundi, Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et grand favori pour prendre la tête de LR, a été contraint de prendre ses distances avec les propos tenus par Christophe Billan, le président de Sens commun, mouvement issu de la Manif pour tous et intégré à LR. Sébastien Pilard avait déjà pris ses distances avec Sens Commun à l'occasion de la primaire de la droite, à l'automne 2016 mais il conserve une certaine influence et condamne par l'entremise d'un communiqué la déclaration de Christophe Billan qu'il juge être " une faute politique ".

"Il ne faut s'interdire de parler avec personne et il faudra bien aller parler aux électeurs de droite qui ont quitté LR". Dès le mois de juin, les leaders de Sens commun ont ainsi affiché leur soutien à Laurent Wauquiez pour la présidence de LR. "(.) Si Marion Maréchal-Le Pen vient demain avec ses idées, rejoindre une plateforme, cela ne me posera aucun problème", explique-t-il.

Le hic, c'est que Laurent Wauquiez devait participer, dimanche 15 octobre, à la "Journée de la France silencieuse" organisée par le mouvement traditionnaliste. Dans un communiqué, il a assuré qu'il ne tendait "pas la main au Front national", tout en assumant le fait de vouloir "dialoguer avec tous ceux qui partagent des principes clairs et assumés". Et il ne cache pas son intérêt pour Marion Maréchal-Le Pen.

Recommande: